07/10/2007

La Meuse au Moyen-Âge

Anseremme 12versants boisés    La Meuse fut, au moyen-âge, une artère de circulation et de commerce de première importance. Des barques y transportaient le sel, le blé, les harengs, ainsi que le vin d'Auxerre, d'Alsace ou du Barrois, les fruits, les ardoises et les pierres de Lorraine, le bois d'Ardenne, etc...; c'est par là que les marchands se rendaient aux fameuses foires de Champagne. Il était donc de l'intérêt du comte de Namur de chercher à s'assurer le contrôle du fleuve dans toute l'étendue de ses possessions.

    Avant le traité de Dinant de 1199, le comte de Namur s'attribuait la souveraineté sur les eaux de la Meuse depuis "le saule de Revin jusqu'au peuplier d'Andenne", et ce en qualité de successeur du "comes Comacensis", l'ancien "comte de Lomme" dont les possessions furent le noyau du comté de Namur. Le "pagus" de Lomme s'étendait en effet entre ces deux points. Plusieurs parties de ce "pagus" furent perdues par la suite pour le comté de Namur, mais les princes namurois se sont toujours efforcés de conserver la juridiction sur les eaux de la Meuse entre Revin et Andenne.

    La Meuse constituait donc pour les comtes de Namur une source de revenus non négligeable. parmi ces revenus figuraient ceux provenant de la pêche et des droits de Winage. {1} Les winages étaient levés à Namur, à Bouvignes, à Waulsort, etc. Toutes les marchandises étaient taxées: denrées alimentaires, bestiaux, fourrages, bois, matériaux de construction, marchandises premières pour les industries textiles et métallurgiques, produits industriels et produits de luxe, mais on ne payait pas nécessairement à chaque bureau. L'acquittement du droit le plus élevé entraînait souvent le passage en franchise au bureau où le tarif était moindre. Des établissements religieux, des prêtres, des bourgeois du pays mosan, des corporations pouvaient jouir d'exemptions complètes ou partielles.

Les winages firent évidemment l'objet de plaintes des marchands. Ils jugèrent les tarifs trop élevés et contestèrent la valeur des mesures de capacité en usage pour le prélèvement de la taxe en nature.


{1} Droit perçu sur les marchandises circulant aussi bien par voie fluviale que par voie de terre ; on trouve des winages établis à Viesville, Obaix, Fleurus, Auvelais, Branchon. Mais il semble bien que, dans le comté de Namur, il s’appliquait surtout aux marchandises montant et descendant la Meuse.

De: "A travers l'histoire du Namurois"  concernant le droit de winage sur la Meuse en 1328.

                                                                                                                                      .

11:10 Écrit par Bob dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : villages esm, la meuse |  Facebook |

04/10/2007

La Meuse

Yvoir 2004 rive de Meuse & voiture    D'une longueur d'environ 900 kilomètres, la Meuse prend sa source à Pouilly en Bassigny, sur le plateau de Langres en France, à une altitude de 409 mètres. Elle traverse alors la France sur une distance de 490 kilomètres, la Belgique sur 170 kilomètres et les Pays-Bas sur 290 kilomètres pour se déverser dans le Haringvliet, via le Hollands Diep. La Meuse forme la frontière entre la Belgique et les Pays-Bas durant 45 kilomètres.

    On compte parmi ses principaux affluents, sur le territoire

  • français: la Chiers, la Semois et le Viroin;
  • belge: la Lesse, la Sambre et l'Ourthe;
  • des Pays-Bas: le Geer, la Gueule, la Roer, le Niers, la Dieze et la Donge.

    La Meuse constitue une importante réserve d'eau potable pour quelque six millions d'habitants et à usage industriel pour les usines qui bordent son sillage.

carte cours de Meuse    Importante voie de navigation, elle relie les villes portuaires de l'intérieur des terres, depuis la France, aux ports de mer de Rotterdam et d'Anvers. Pour la portion qui nous intéresse, la Meuse traverse les roches dures du plateau ardennais, ce qui engendre un cours d'eau étroit à forte dénivellation de 0,23 pour mille. Son cours moyen est pourvu de barrages, complètement canalisé et donc navigable.

     Le fleuve est principalement alimenté par les précipitations du bassin de la Meuse qui rejoignent assez rapidement le cours d'eau, ce qui entraîne d'importants débits de crue, généralement en hiver et au printemps, qui peuvent s'étendre de plusieurs jours à plusieurs semaines. Par contre, pendant les périodes de sécheresse, le débit se restreint fortement de par  le déficit de stockage de l'eau de pluie dans le sol du cours moyen.

Yvoir Meuse bateau villas de Fidevoie 8     C'est pour cette raison que, jusqu'en 1850, la Meuse n'était navigable que de 8 à 10 mois par an sur un chenal creusé naturellement au milieu du fleuve.  Afin de remédier à cet inconvénient,  la portion de Meuse comprise entre la frontière française et Namur, est divisée en neuf biefs permettant la retenue des crues et la navigation de bateaux, au départ de 1350 tonnes, et après modernisation des barrages-écluses de la haute-Meuse de ceux de 2000 tonnes.

Yvoir Meuse vue des rochers de Champalle 1    Alors que la rive gauche est bordée d'un perré presque continu, la rive droite a gardé un aspect beaucoup plus naturel où berges naturelles et enrochements permettent le développement de la végétation rivulaire. Sur cette rive droite, on ne rencontre des perrés pratiquement qu'en bordure des agglomérations.

    Un prélèvement d'eau de 3m³/seconde a lieu au niveau de Tailfer pour la production d'eau potable destinée à la population non seulement bruxelloise, mais également wallonne et flamande. D'autres prélèvements ont encore lieu tout au long de son cours pour alimenter en eau potable d'autres villes et maintenir à niveau canaux et autres cours d'eau.

Yvoir Meuse attelage Fidevoie 5    De nombreux sites remarquables pour leur intérêt écologique sont classés en réserves naturelles. La population piscicole de cette partie du fleuve reste constante grâce à l'absence d'agglomérations importantes et d'industries lourdes.

    Les richesses architecturales qui bordent le fleuve sont un régal pour les yeux, parmi lesquelles on compte de vieilles forteresses en ruines ou restaurées, des abbayes, des demeures seigneuriales entourées de jardins, villages coquets, ...

                                                                                                                                        .