11/10/2007

Le marbre "Bleu Belge"

marbre bleu belge 2    Le Bleu Belge date du viséen supérieur. Il s'agit d'un marbre noir, légèrement bleuâtre, veiné de larges bandes de calcite qui se croisent en tous sens. Il présente le défaut de contenir des "clous", petites particules siliceuses très dures.

    Il se présente en bancs nettement stratifiés, dont l'épaisseur varie de 30 à 80 centimètres. Il était principalement exploité à Bioul, Falaën et Haut-le-Wastia, ainsi qu'à Bouffioulx.

    Il existe également un banc de pierre auquel on attribua le même nom à Burnot-Profondeville à cause de la ressemblance qu'il présente.

                                                                                                                                       .

23/07/2007

La cuvée "Li Crochon"

    Les différentes cuvées proposées par la Confrérie Li Crochon du château-ferme de Falaën sont brassées à Purnode par la "Brasserie du Bocq".

Crochon étiq brune 75cl    La cuvée brune est une bière pure malt et houblon sur lie, fermentée en bouteille. Crémeuse, elle présente une mousse bien compacte et se boit à température de cave. Elle titre un taux d'alcool de 9%. Le brassin spécial qui est préparé s'apparente à la célèbre St-Benoît brune.

 

Crochon étiq brune 75cl 6,5% rg    Une seconde cuvée, plus légère et ambrée a également été proposée dans la gamme des bières brunes, à l'occasion d'un concours d'étiquettes récompensé par un "Héron d'or". Elle développait un taux d'alcool de 6,5%. Ci-contre, l'étiquette qui fut primée à cette occasion. Il s'agissait bien entendu d'un brassin spécial qui ne fut réalisé qu'une seule fois à  l'occasion du concours.

Crochon étiq blonde 25cl 6,5%    Une bière blonde est également proposée avec un taux d'alcool de 6,5%. Elle se boit bien frappée et est très appréciée l'été pour son pouvoir désaltérant. 

    Les deux cuvées, la brune et surtout la blonde, du fait de son taux d'alcool moins élevé, se sont taillées un beau succès dans la région, réputation relayée par les nombreuses activités organisées par la "Confrérie Li Crochon". Les deux cuvées sont proposées à la dégustation en deux formats: 25 et 75 cl.

                                                                                                                                      A votre santé!

08:00 Écrit par Bob dans Gastronomie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : biere, falaen, molignee, villages esm |  Facebook |

22/07/2007

La confrérie "Li Crochon"

heront    La Confrérie "Li Crochon", fondée en 1982, s'est donné pour but de promouvoir et développer le tourisme gastronomique et le folklore dans la vallée de la Molignée.

    Elle a établi son siège au château-ferme de Falaën, où elle organise chaque année deux chapitres et un tournoi du plus gros mangeur.

    Chaque année, la confrérie organise un grand concours destiné à mettre en valeur et à promouvoir les produits du terroir. Le vainqueur reçoit un héron d'or. D'autres prix récompensent également les autres finalistes.

    La première fois, l'objet du concours était l'élaboration de l'étiquette de la cuvée du Crochon ambré.

    La seconde fois, la confrérie invitait des artistes à promouvoir les plus beaux villages de Wallonie, dont Falaën, siège du château-ferme qui abrite la confrérie.

    En 2001, il s'agissait d'un concours culinaire proposé tant aux professionnels qu'aux amateurs et qui avait pour objet de créer deux recettes relatives à une entrée ou un plat principal ou un dessert réalisée à base de Crochon.

confrérie crochon    Les membres du grand conseil sont revêtus d'une cape de velours gris-souris, doublée de soie rouge. Ils portent en sautoir une médaille en cuivre représentant un héron.

    La Confrérie "Li Crochon" est membre de l'association des confréries gourmandes et a donc créé un "Musée des Confréries" renfermant les tenues originales de plusieurs dizaines d'associations apparentées.

Falaen château ferme élévation    Le château-ferme a également réservé une salle aux ruines du château de Montaigle. Dans les greniers sont exposés toute une série d'anciens outils et d'équipements agricoles.

    Plusieurs salles et le grand escalier d'honneur servent également de cadre à de fréquentes expositions artistiques.

                                                                                                                                           Bonne dégustation...

21/07/2007

Le château-ferme de Falaën

Les origines du château-ferme:

Falaën château ferme extérieur    La terre de Falaën faisait jadis partie du domaine de Montaigle. Elle fut achetée en 1628 par un certain Gilles Polchet, mayeur de Bouvignes, alors que la forteresse de Montaigle était déjà abandonnée depuis trois quart de siècle.

Falaën château ferme portail d'entrée    C'est son petit-fils, le chevalier Pierre Polchet, qui fit construire sur cette terre le château-ferme de Falaën, entre 1670 et 1673, comme le précisent les chiffres formés par les ancrages dans les murs.

    Le caractère défensif de la ferme se justifiait pour protéger l'exploitation des multiples bandes armées qui sévissaient dans la région.

Les différents propriétaires:

    Au XVIIIe siècle, on vit le domaine passer aux Coppin, famille fort populaire de la région. Cette popularité leur valut de ne pas être dépossédés de leurs biens lors de l'occupation française.

Falaen château    Cette famille acquit la célébrité lorsque, en 1830, Feuillen de Coppin devint membre du gouvernement provisoire établi à la Révolution du peuple belge contre l'occupant Hollandais. Membre de la Constituante, il fut Gouverneur de la province du Brabant avant de venir se retirer sur ses terres à Falaën où il mourut en 1887, à l'âge de 87 ans. Il était le dernier survivant de l'équipe, qui au lendemain de la défaite rapide des Hollandais, avait collaboré à la destinée de la jeune Belgique.

Falaën coin droit    Durant la première moitié du XXe siècle, le château-ferme qui avait été acquis par la famille Delhaye, continua d'assurer son rôle d'exploitation agricole.

    Le château-ferme de Falaën  est actuellement le siège du syndicat d'initiative de l'entité de Onhaye et renferme le musée des Confréries Gastronomiques. De multiples activités y sont organisées par la Confrérie "Li Crochon" : expositions d'artistes régionaux, expositions de verres à bière, etc. Dans les caves, l'ancienne cuisine du château a été aménagée pour déguster "Li Crochon" et sa fameuse cuvée.

Description des différents bâtiments.

Falaën château ferme tour-porche    Le bâtiment se présente comme un vaste quadrilatère homogène en briques enduites, de moellons de calcaire de la région et couvert d'ardoises. Edifié dans le style traditionnel légèrement teinté de baroque, il est flanqué de trois tours d'angle carrées et d'une tourette surmontée d'un toit bulbeux. L'ensemble était, à l'origine, entouré de douves et un pont-levis donnait accès à une tour-porche. Actuellement, le pont-levis d'antan a été remplacé par un pont à trois arches qui enjambe les vestiges des anciennes douves.

    Passé le pont, on s'engage sous l'arc en plein cintre du portail qui perce la tour-porche datée de 1672. On peut encore apercevoir, entre les gros pilastres en saillie les traces laissées par les glissières de l'ancien pont-levis. De part et d'autre de la tour-porche, s'étendent deux longues ailes de dépendances.

Falaën château ferme cour intérieur    Un imposant corps de logis comportant une jolie porte baroque à linteau droit et daté par ancres de 1673, occupe toute l'aile droite de l'édifice. A l'angle, la tour colombier à couverture bulbeuse est millésimée 1670. A la gauche du corps de logis, on découvre toute une aile d'étables basses bâtie en moellons enduits. Pour refermer le quadrilatère, une imposante grange bâtie en moellon est disposée en long et assure l'équilibre des masses. Elle est couverte d'une toiture à croupettes et coyaux. Une petite tour carrée, plus trapue, vient se greffer à l'angle extérieur. La colonne élancée du pilori de justice, qui autrefois se dressait à l'extérieur a été placée au centre de la cour.

    A l'intérieur du corps de logis, bon nombre de lourdes portes en chêne sont encore d'origine, de même que le magnifique escalier de style Louis XVI et que quelques stucs qui ornent le dessus d'une cheminée. 

                                                                                                                                       Bonne visite...

20:55 Écrit par Bob dans Châteaux | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : villages esm, falaen, molignee |  Facebook |

Un but de promenade...

coureur1

    Etant donné que, pour la plupart, nous sommes toujours en vacances, nous allons aller nous oxygéner un peu en allant refaire un petit tour dans la vallée de la Molignée.

    Nous allons de nouveau nous arrêter à Falaën pour y visiter cette fois le château-ferme et son musée et pourquoi pas profiter de cette occasion pour y déguster sa célèbre cuvée « Li Crochon », pour laquelle je vous ai proposé, il y a quelque temps, une délicieuse recette.

                                                                                                                                         Bonne visite et ... bonne dégustation!

08/07/2007

La conservation des ruines

gunitage    Malgré l'intérêt que la famille del Marmol a toujours porté, celle-ci devait constater vers le milieu du XXe siècle que la dégradation des ruines était en train de s'accélérer. Un projet de collaboration bénévole d'une poignée de personnes fut donc mis sur pied, à l'initiative de Monsieur Jacques Beckman. C'est ainsi que fut mise sur pied l'association des Amis de Montaigle en 1969 avec objectif de sauvegarder, et non de restaurer, les vieux murs de la forteresse.

    Dans un premier temps, ils entreprirent de déblayer les ruines en les dégageant de la végétation envahissante. Déboisement et débroussaillage furent entrepris par une troupe de scout. Ensuite vint le temps de consolider les murs, ce qui a rendu un peu de la superbe à la vieille forteresse. La technique employée pour la consolidation des murailles fut la projection de béton par gunitage. Le Ministère du Patrimoine dégagea en 1998 une somme de quelque € 9000 pour financer la poursuite des travaux de consolidation. Ceux-ci furent confiés à la SA Pasek de Anhée.

Montaigle salle banquet    Après le bénévolat et le mécénat sont arrivés les subsides et les contrats "Prime" octroyés par la Région wallonne. L'association a aménagé un musée ainsi que des salles utilisées lors de banquets ou de fêtes et proposées à l'occasion de quelque réunion.

 

Contact:

Les Ruines de Montaigle, rue du Marteau, 10 à 5522 Falaën

Tel:  082/69.95.85

Fax: 082/21.39.66

e-mail: info@montaigle.be

                                                                                                                                          Bonne visite...

07/07/2007

Montaigle après la Révolution

Les ruines après la Révolution française.

 

Montaigle ruines colorisée    Lors de l’annexion du comté de Namur à la France, en 1795, le domaine de Montaigle fut donné en location à un cultivateur des environs avant d’être vendu, comme bien national, à un bourgeois de Dinant qui le morcellera avant de le vendre à son tour à différents propriétaires.

    C’est de cette façon, que le piton rocheux et les ruines de l’ancienne forteresse se trouvent en la possession d’une gantoise du nom de Césaire Colette Flavie du Rot, veuve van den Bogaerde, qui se fait construire un pavillon d’été dans l’enceinte du vieux château. Elle avait acheté les ruines, en 1827 à un salinier de Dinant.

Montaigle ruines et tunnel Foy Marteau    A cette même époque, les habitants des environs se servent du site comme d’une carrière et viennent récupérer des pierres de l’édifice, en vue de la construction de leur habitation, au grand dam de la propriétaire des lieux, qui ne parvient pas à se faire rendre justice. Elle se décida donc à vendre la propriété, en 1854, au comte de Beauffort, président de la Commission Royale des Monuments. La veuve de ce dernier cédera ensuite le bien, en 1865, à M. Emmanuel del Marmol et à son frère Eugène, ce dernier étant président de la Société archéologique de Namur. Ceux-ci rachèteront, chaque fois que l’occasion s’en présentera, les différents lots qui constituaient l’ancien domaine militaire, à l’origine. Le territoire du château de Montaigle est resté, jusqu’à ce jour dans les mains de leurs descendants.

    Les ruines furent classées comme monument le 05/11/1965 et les alentours comme site les 25/10/1946 et 11/09/1981. Le site fait encore partie du Patrimoine majeur de Wallonie depuis 1993.

 

La légende.

 

    Une légende habite encore les murs déchiquetés de la vieille forteresse et les tours éventrées de Montaigle. Elle rappelle que les Berlaymont, seigneurs de Montaigle et les Bioul étaient d’irréductibles ennemis, à la façon des Capulets et des Montagu de Véronne.

    Vous la retrouverez sous la rubrique "légendes", sous le titre de "Midone de Bioul".

                                                                                                                                         (à suivre...)