21/11/2007

Le village de Denée, un peu d'histoire...

    A l'époque gallo-romaine, des domaines agricoles vinrent s'implanter dans la vallée de la Molignée, sur des terres déjà défrichées et très fertiles.

Maharenne ferme    Il est probable qu'entre le Xe et le XIe siècle, la terre de Denée était un alleu, propriété d'un homme libre qui le détenait par héritage de ses ancêtres. C'est ainsi que Baudouin le Pottier, portant le titre de chevalier en était propriétaire, d'après une charte datée de 1229. En 1372, un certain Renier est cité comme seigneur de Denée. Un des descendant de cette lignée épousa en 1762 Guillaume Joseph de Corswaren, comte de Looz.

maredsous moulin    Au Moyen-Âge, le village de Denée ainsi que Furnaux et Mettet, ses voisins, constituaient une enclave dépendant de la Principauté de Liège, en plein coeur du comté de Namur. Entre 1087 et 1372, la terre de Denée relevait de la Cour féodale de Morialmé. Elle en demeura le fief jusqu'en 1795, puis sous la période française, le village sera intégré avec les hameaux de Maredsous et de Maharenne au département de Sambre-et-Meuse.

    Le château-ferme fut construit dans la seconde moitié du XVIe siècle. Les habitants disposaient d'un moulin banal et les terres de la communauté avaient une superficie de 39 bonniers.

                                                                                                                                      (à suivre...)

20/11/2007

Le lapin "à la Tournaisienne"

rabbit1    On approche tout doucement des froides journées d'hiver, aussi un bon plat chaud, bien épicé que l'on aura plaisir à déguster en famille est de circonstance.
 
 
 
 

Ingrédients:

  • 1 lapin de 3 livres.
  • 2 gros oignons.
  • 100 gr. de beurre.
  • 500 gr. de prunes.
  • 250 gr. de raisins secs.
  • 2 bouteilles de Maredsous 8°.
  • 1 tranche de pain d'épice.
  • 1 cuillère à soupe de moutarde.
  • branches de thym, feuilles de laurier.
  • maïzena.

Préparation:

  • Découper le lapin en morceaux et les faire dorer dans une grosse noix de beurre.
  • Saler, poivrer, puis retirer les morceaux de la casserole et y faire rissoler les oignons émincés.
  • Déglacer avec une bouteille de Maredsous Brune.
  • Remettre les morceaux de lapin dans la casserole et parfumer le tout de thym et de laurier.
  • Ajouter la seconde bouteille de bière.
  • Tartiner le pain d'épice de moutarde et le placer dans la casserole, le côté avec la moutarde tourné vers le bas.
  • Laisser cuire encore environ 30 minutes.
  • Joindre les prunes et les raisins secs et prolonger la cuisson d'encore 3/4 d'heure.
  • Retirer le lapin de la casserole, le thym et le laurier et laisser réduire légèrement la sauce.
  • Lier la sauce avec la maïzena.

Présentation:

    Accompagner cette recette classique de pommes nature et de chicons.

                                                                                                                                        Bon appétit...

19:32 Écrit par Bob dans Gastronomie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : biere, villages esm, maredsous |  Facebook |

19/11/2007

Randonnée Vers l'abbaye de Maredsous?

maredsous colorisé
    L'abbaye de Mardesous peut être un joli but de promenade et assurément un lieu de dégustation pour qui apprécie leurs célèbres tartines de fromage arrosées d'une bonne bière d'abbaye.
 
 
 

 

 

Visites:

    Les locaux où travaillent et résident les moines ne sont pas accessibles au public, à savoir la clôture, l'école abbatiale, les ateliers d'art, les locaux administratifs, la boulangerie, les ateliers d'entretien, la fromagerie et la bibliothèque.

L'abbatiale est accessible en permanence.

        Horaire des offices:

·         messe chantée à 12h00 (10h00 le dimanche)

·         vêpres à 18h30 (16h00 le dimanche).

Le centre d'accueil est ouvert de 9 à 18h00 (de 8 à 19h00 le dimanche).

Le Centre Grégoire Fournier accueille de mai à août des expositions scientifiques sur des thèmes variés. Pendant les mois d'été, des expositions culturelles sont organisées dans les locaux voisins.

Aucune visite guidée n'est organisée.

 

Adresse:

Abbaye de Maredsous , 11 rue de Maredsous à 5537 Denée

Tel.: 082/61.52.48.

                                                                                                                                           FIN

16/11/2007

La famille Hemptinne et Maredsous

    Le berceau de la famille Hemptinne, c'est ... Hemptinne, près d'Eghezée situé dans l'ancien comté de Namur.

    Le premier de Hemptinne connu portait le prénom d'Eustache et s'est illustré comme bailli du comté de Namur en 1231. Alors que sa profession consistait à rendre la justice, il fonda à cette même époque l'abbaye de Boneffe.

    Petit à petit, entre deux campagnes militaires, la famille étend son territoire, non seulement à Hemptinne, mais également à Merdorp, Jandrain, Jandrenouille, Orp-le-Grand, Jauche, Autre-Eglise.

    Au XVe siècle, les Hemptinne abandonneront les armes et la magistrature et deviendront des gentilshommes campagnards. Plus tard, certains retrouveront leurs premières fonctions. Barons, dans un premier temps, ils seront fait comtes par primogéniture, titre qu'ils ont gardé jusqu'à aujourd'hui.

    En 1815, Félix-Joseph de Hemptinne quitte ses terres namuroises et brabançonnes pour Gand. Il y épouse Henriette Lousbergs et se lance dans l'industrie du textile. Il réussit si bien dans son entreprise qu'on le surnommera le "baron coton". ses descendants poursuivirent son oeuvre, si bien que la branche flamande de la famille devint la plus connue.

    A la même époque, Louis Clément de Hemptinne se distingua dans son fief de Jauche, en représentant, notamment,  l'arrondissement de Nivelles au Congrès national de 1830.

    A la fin du XIXe siècle, deux Hemptinne, frère et soeur, s'illustrent à Maredsous: Hildebrand de Hemptinne, moine bénédictin, fonde la célèbre abbaye de Maredsous avec le concours de la famille Desclée. Il deviendra le premier primat de l'ordre des bénédictins, c'est-à-dire plus communément le "patron" de tous les bénédictins de l'époque.

    Sa soeur, Agnès, quant à elle, dans la foulée, crée à Maredret, à un jet de pierre de l'abbaye des moines, un couvent réservé aux femmes. Elle le financera de ses propres deniers, ce qui lui vaudra de devenir, à 28 ans, la première abbesse des lieux.

                                                                                                                                        (à suivre...)

14/11/2007

Les moines de Maredsous durant la guerre 14-18

Maredsous abbaye 022 montée à l'église    A la veille de la première guerre mondiale, la communauté de Maredsous comptait pas moins de 150 membres. Les Allemands venaient à peine de violer notre neutralité que l’abbé de Maredsous mettait les locaux des deux écoles à la disposition des militaires belges qui y établirent un hôpital militaire. Dans le même temps, une quinzaine de moines s’engageaient à Namur pour accompagner les soldats en campagne comme brancardiers ou comme aumôniers militaires.

    Dans un premier temps, les Allemands furent repoussés par l’armée française sur la Meuse à Dinant en date du 13/08, mais bientôt ils revinrent en force, prirent Namur et franchirent la Meuse et la Sambre. La débandade s’ensuivit avec ses colonnes de réfugiés et de blessés encombrant les routes. En quelques heures, une cinquantaine de soldats belges et français blessés trouvèrent refuge à l’abbaye. Ils y reçurent des soins, tandis que des centaines de réfugiés trouvaient asile dans les bâtiments de la ferme et s’entassaient jusque dans la crypte de l’église.

    Située à l’écart des routes stratégiques, l’abbaye fut ignorée, dans un premier temps, de l’envahisseur, alors que nombre de villes et de villages de la région subissaient la barbarie de ces sauvages qui pillaient, tuaient, brûlaient tout ce qu’ils trouvaient sur leur passage.

    A la même époque, Dom Bernard Gillet, un père de Maredsous, qui remplaçait le curé du village d’Andoy, y trouva la mort, fusillé !

Maredsous abbaye 029 hôtel Belle Vue    On pouvait deviner au loin l’avancée des troupes allemandes par les incendies qu’ils allumaient dans les villages de Tamines, St-Gérard, Ermeton-sur-Biert puis Anthée. Dans le même temps, les moines assuraient l’intendance pour les nombreux réfugiés en distribuant leurs provisions et donnaient les premiers soins aux très nombreux blessés, jusqu’au moment ou les autorités allemandes furent avisées de leur présence et emmenèrent tous ces malheureux dans un camp de prisonnier en Allemagne.

    La ligne 150 n’étant plus desservie par les trains durant toute la durée de l’occupation, les moines durent se résoudre à laisser fermé l’internat du collège. Au début de 1917, les Allemands démontèrent même les voies de la ligne.

Maredsous abbaye 013 cimetière moines    En représailles pour l’assistance que les moines avaient apportée aux soldats alliés cachés dans les bois environnants, six religieux furent déportés en Allemagne. Durant ce temps, une douzaine d’entre eux continuaient à assurer leur engagement en temps que brancardiers ou aumôniers sur le front de l’Yzer. L’un d’entre eux tomba sous les balles ennemies le 03/05/1916 et deux autres y furent grièvement blessés.

    L’internat rouvrit ses portes dès la signature de l’armistice, puis ce fut le tour de quelques ateliers en 1919, à l’exception de l’école des Métiers d'Art.

                                                                                                                                        (à suivre...)

13/11/2007

La bibliothèque de l'abbaye de Maredsous

    La bibliothèque de Maredsous fut créée en 1872, dès la création de l'abbaye.

Maredsous anc bibl    Dans un premier temps, la collection de livres fut installée dans une immense pièce à galeries, puis, vu le volume à préserver, elle fut transférée en 1947 dans un nouveau bâtiment. Celui-ci renferme un magasin à livres s'échelonnant sur cinq étages, une salle de lecture, un local de fichiers, des bureaux, une "réserve précieuse" renfermant nombre de manuscrits, incunables et livres anciens, divers cabinets où les moines préservent des estampes, monnaies, médailles et pièces précieuses. Une partie du bâtiment renferme encore les archives de la communauté.

    L'ensemble des volumes conservés à la bibliothèque compte pas moins de 400.000 unités. Le département des sciences religieuses se réserve, bien entendu, le plus grand espace de la bibliothèque. L'abbaye s'était en effet orientée, dès le début, dans la recherche théologique et plus particulièrement dans les écrits des premiers siècles chrétiens et de l'histoire de l'Ordre monastique.

    Avec l'implantation du Collège St-Benoît, les moines ont développé les domaines de la littérature grecque, latine et française et grâce à la présence de l'Ecole de Métiers d'Art, ceux de l'histoire de l'art, de peinture, de la sculpture et de l'architecture.

   La bibliothèque n'est pas ouverte au public, cependant, chercheurs, professeurs, spécialistes ou étudiants peuvent en faire la demande d'accès.

Maredsous Rev bénédictine        Les collections servent avant tout de source de  documentation pour leurs nombreuses publications, notamment la "Revue Bénédictine" accompagnée de son "Bulletin d'histoire bénédictine" et la "Lettre de Maredsous".

    Le premier numéro de la "Revue Bénédictine"   parut en 1884. La Revue s'adresse à un public averti: ses champs de recherche sont l'histoire monastique, l'ancienne liturgie latine et les textes des premiers penseurs chrétiens d'Occident. Elle paraît deux fois par an et totalise quelque 600 pages. La collaboration est internationale et chacun publie sa contribution dans sa langue maternelle. Elle est diffusée dans une cinquantaine de pays. Cinq moines de Maredsous y consacrent leur temps de travail.

Le Centre Informatique et Bible y puise également les éléments permettant de réaliser leurs travaux autour de la Bible.

                                                                                                                                         (à suivre...)

22:00 Écrit par Bob dans Abbayes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : maredsous, molignee, villages esm |  Facebook |

11/11/2007

Bière, fromage, tourisme et informatique à Maredsous

Maredsous abbaye 011 entrée jard sud 1926     La gestion financière d’une abbaye à notre époque est tout à fait différente de ce qu’elle pouvait être au Moyen-âge. L’autarcie n’est plus de mise et l’argent ne peut plus être thésaurisé comme autrefois, avant la Révolution française. Les vastes exploitations agricoles, desquelles les communautés religieuses tiraient leurs ressources, furent confisquées à la fin du XVIIIe siècle par le pouvoir de l’époque et vendues comme bien national. C’est pour cette raison que les professions rurales pratiquées jadis par les communautés religieuses ont fait place à des qualifications répondant plus aux exigences de notre société.

 

Le fromage.

Maredsous pano 2 face    Les moines de Maredsous se sont donc lancés dans la production de fromages à croûte qu’ils écoulaient dans la région. Victimes de leur succès, ils concédèrent, en 1959, l’exclusivité de la production à des fromagers professionnels de la Laiterie régionale de Herve  qui, tout en respectant la tradition et la qualité des produits, se sont efforcés de gérer la production de façon moderne et de les diversifier.

 ambiancetradition   Les fromages passent toutefois toujours par les caves de l’abbaye pour un court séjour d’environ trois semaines, le temps de l’affinage. Cette opération leur confère leur spécificité qu’ils retirent de la flore et du climat particulier de l’endroit. La production tourne autour de 3000 tonnes de Maredsous et de Fagnar.

    La commercialisation des produits est assurée par  la société Fromagerie – Brasserie de Maredsous (FOBRA) qui distribue également la bière dans les commerces alimentaires. Les moines se contentent de prélever un petit pourcentage en termes de royalties sur le prix de vente des produits.

 

La bière.

maredsous bières    Les différentes bières de Maredsous sont fabriquées par la brasserie Moortgat implantée à Breendonk, dans la province d’Anvers. Cette brasserie est également chargée de la distribution des produits dans l’Horeca.

 

 

 

 

L’hôtellerie.

Maredsous abbaye 028 hôtel Emmaüs 1926    Trois lieux d’accueil sont mis à la disposition des personnes en quête de calme et de sérénité, le tout dans un cadre verdoyant et magnifique. Chambres et appartements sont mis à la disposition des voyageurs. C’est ainsi trois à quatre mille pensionnaires qui séjournent chaque année au monastère.

 

 

L’informatique.

    Dans les années 50, les moines de Maredsous ont réalisé une traduction complète de la Bible. Pour éliminer quelques belgicismes, ils ont collaboré avec les moines français de Hautecombe en vue d'effectuer une révision littéraire de leurs travaux. L'Imprimatur est daté de 1977, aux éditions Brepols.

    En 1999 est parue la Bible Pastorale de Maredsous, édition de référence dans le monde catholique, utilisés notamment au cours des offices religieux.

Maredsous sigle info et bible    Passionné d’informatique, le Frère Ferdinand Poswick créa en 1981 l’A.S.B.L. Probi, chargée de diffuser la Bible sur disquettes. En 1985, le centre Bible et informatique passa un accord avec le minitel français pour la diffusion de la Bible et de deux dictionnaires religieux. Toujours à la pointe du progrès, les moines éditent de puissants logiciels d'étude et de lecture biblique.

                                                                                                                                         (à suivre...)

22:01 Écrit par Bob dans Abbayes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : maredsous, molignee, villages esm |  Facebook |