25/01/2008

Plantons le décor

300px-Vincent_Van_Gogh_-_The_Potato_Eaters
En 1830, l’agriculture était la première industrie du pays. Son état était plutôt critique et les dix premières années de notre indépendance furent marquées par une hausse du prix des céréales.
Le Gouvernement belge appliquant une politique protectionniste frappa de droits d’entrée l’importation du froment et de l’avoine.1845 fut une année terrible : la culture de la pomme de terre fut atteinte en Europe d’une maladie encore inconnue, le mildiou et dont le seul traitement consistait en la destruction totale des récoltes par le feu. C’est ainsi que cette année là, 160.000 hectares de cultures furent volontairement la proie des flammes.A cette catastrophe, il fallait encore ajouter les champs de seigle atteints par la rouille et la récolte de froment fortement réduite suite à l’hiver particulièrement rigoureux de 1845. La faible récolte de ces denrées occasionna une hausse de prix de près de 100%. L’année suivante, les récoltes furent aussi désastreuses et la demande se mit à dépasser l’offre.Les fermiers virent dans cette situation critique l’opportunité de compenser leurs pertes voire d’augmenter leurs bénéfices en réclamant aux villageois un prix exorbitant qu’ils n’étaient, pour la plupart, pas en mesure de payer. C’est ainsi que dans certains villages, les fermiers ne vendaient plus leur froment en dessous de 13 francs le vasseau (34 litres environ), alors que les villageois ne voulaient en donner que 7 francs. A Ham-sur-Heure, on disait que le fermier ne vendrait son froment que lorsque celui-ci vaudrait un louis d’or (20 francs).Il ne faut pas oublier que les villageois devaient encore aller faire moudre ce grain au moulin et le pain de 2 kilos leur revenait à 1,25 francs, alors qu’un mineur adulte ne gagnait à l’époque que de 1,80 à 2,25 francs pour une journée de 12 heures de dur labeur.

Il est évident que, la famine aidant, la situation allait rapidement devenir intenable et la révolte se mit en marche face à la cupidité des fermiers.

                                                                                                                                           (à suivre...)

16:06 Écrit par Bob dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : famine 1848, villages esm |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.