22/11/2007

Les ressources du village de Denée

Denée color TB moulin cor    Le nom du village de Denée n'a plus changé depuis au moins le XIIIe siècle et, selon Jules Herbillon, il serait dérivé du verbe latin "donare", donner, dans sa forme conjuguée au participe passé, "donné", ce qui laisse à penser que cette terre fut donnée à une certaine époque, peut-être à l'église de Liège.

    Dans la foulée, on apprendra que le nom de Maredret proviendrait du nom latin "merendricum" qui signifie "le lieu près de la rivière où le bétail de la horde communale prenait son repas du soir". De la même manière, Maredous serait un diminutif qui désignerait le "petit Marederet".

    Il y a peu de temps, dix fermes étaient encore en activité, je ne peux certifier qu’elles le sont encore toutes. L'architecture des plus anciennes correspond au type condrusien, caractérisé par la masse imposante des bâtiments formant un quadrilatère.

    Le village de Denée n'est pas seulement à caractère agricole: bien que en déclin, on peut encore rencontrer des sites d'exploitation de pierre bleue, appelée "petit granit" et de pierre noire, dénommée le "noir de Denée". Autrefois, on exploitait encore le célèbre marbre noir de Denée. Son exploitation vécut son apogée vers 1870 pour connaître ensuite sa période de déclin après la première guerre mondiale, jusqu'à son extinction entre 1926 et 1934.

      Dans des temps plus anciens encore, on y exploitait des minières de fer, pour lesquelles ont trouve des traces dans des écrits datant de 1441 et 1462, par lesquels on sait que les moines de l'abbaye de St-Gérard percevaient des "droits de terrage". Au point de confluence du ruisseau de Denée avec la rivière Molignée, on trouvait un fourneau et un "maka". Près du château, le seigneur de Denée possédait également une forge. A notre époque, il ne subsiste plus rien de cette industrie du fer. Sur une carte présentant un projet de construction de la ligne du Grand Central devant relier les sites industriels de l'Entre-Sambre-et-Meuse au réseau ferré de l'Etat, on constate que l’Ingénieur Magis renseigne pour Denée la présence de :

  • carrières de pierres de taille;
  • carrières de marbres calcaires;
  • mines de fer.

    On peut par contre encore distinguer les nombreux sites industriels disséminés sur toute la région et notamment le long des rivières et plus particulièrement du ru de Biesmerée et de la Molignée.

                                                                                                                                       (à suivre...)

Les commentaires sont fermés.