16/11/2007

La famille Hemptinne et Maredsous

    Le berceau de la famille Hemptinne, c'est ... Hemptinne, près d'Eghezée situé dans l'ancien comté de Namur.

    Le premier de Hemptinne connu portait le prénom d'Eustache et s'est illustré comme bailli du comté de Namur en 1231. Alors que sa profession consistait à rendre la justice, il fonda à cette même époque l'abbaye de Boneffe.

    Petit à petit, entre deux campagnes militaires, la famille étend son territoire, non seulement à Hemptinne, mais également à Merdorp, Jandrain, Jandrenouille, Orp-le-Grand, Jauche, Autre-Eglise.

    Au XVe siècle, les Hemptinne abandonneront les armes et la magistrature et deviendront des gentilshommes campagnards. Plus tard, certains retrouveront leurs premières fonctions. Barons, dans un premier temps, ils seront fait comtes par primogéniture, titre qu'ils ont gardé jusqu'à aujourd'hui.

    En 1815, Félix-Joseph de Hemptinne quitte ses terres namuroises et brabançonnes pour Gand. Il y épouse Henriette Lousbergs et se lance dans l'industrie du textile. Il réussit si bien dans son entreprise qu'on le surnommera le "baron coton". ses descendants poursuivirent son oeuvre, si bien que la branche flamande de la famille devint la plus connue.

    A la même époque, Louis Clément de Hemptinne se distingua dans son fief de Jauche, en représentant, notamment,  l'arrondissement de Nivelles au Congrès national de 1830.

    A la fin du XIXe siècle, deux Hemptinne, frère et soeur, s'illustrent à Maredsous: Hildebrand de Hemptinne, moine bénédictin, fonde la célèbre abbaye de Maredsous avec le concours de la famille Desclée. Il deviendra le premier primat de l'ordre des bénédictins, c'est-à-dire plus communément le "patron" de tous les bénédictins de l'époque.

    Sa soeur, Agnès, quant à elle, dans la foulée, crée à Maredret, à un jet de pierre de l'abbaye des moines, un couvent réservé aux femmes. Elle le financera de ses propres deniers, ce qui lui vaudra de devenir, à 28 ans, la première abbesse des lieux.

                                                                                                                                        (à suivre...)

Les commentaires sont fermés.