04/11/2007

L'abbaye de Maredsous, les premiers moines

    Dès le début des travaux en 1872, Dom Hildebrand accompagné de huit  moines de Beuron, parmi lesquels le prieur dom Placide Wolter, vinrent s’installer à Maredsous au château Desclée.

    En 1876, l’aile sud du monastère étant terminée, ils purent s’y installer. Dom Gérard de Caloen devint leur nouveau prieur et le réfectoire actuel leur servit temporairement d’église.

    En 1878, l’abbaye de Maredsous reçut son autonomie et le premier prieur, dom Placide Wolter devint le premier abbé.

marmionagif    Hildebrand de Hemptinne, décédé en 1913 fut élu, en 1890, second abbé de Maredsous (premier abbé belge). Il était Premier Primat de la Confédération bénédictine. Il fut l’architecte de l’abbaye de Maredret et de celle de Saint-Anse    lme à Rome.

Dom Columba Marmion, né à Dublin en 1858, décédé en 1923 et de nationalité irlandaise, devint moine de Maredsous en 1888. Il sera le troisième abbé de Maredsous de septembre 1909 à sa mort le 30/01/1923.Il est connu pour ses ouvrages spirituels traduits dans de nombreuses langues. Son procès de canonisation a été introduit à Rome. Il a été béatifié le 03/09/2000 par le Pape Jean-Paul II.

Célestin Golenvaux (1923-1950) fut, pour sa part un administrateur perspicace.

Olivier du Roy (1969-1972) procéda à une réforme audacieuse.

Dom Nicolas Dayez, septième abbé de Maredsous, dirige la communauté depuis une trentaine d'années.

 

Quelques noms de moines célèbres peuvent être rappelés:

Anselme Deprez (+1928) qui fut un grand organiste et un compositeur de chants

     sacrés en français.

Grégoire Fournier (+1931), moine de Maredsous qui a constitué un musée d’histoire naturelle d’une très grande richesse. Ce musée est installé dans les bâtiments de l’école des Métiers d’Art, où sa conservation est assurée par une asbl qui porte le nom de Grégoire Fournier.

Usmer Berlière (+1932). Historien renommé de l’histoire bénédictine, il a été directeur de l’Institut Historique Belge à Rome.

Germain Morin (+1946). Célèbre savant dans le domaine des textes latins anciens. Il a découvert de nombreux documents anciens, parmi lesquels certains de Saint-Augustin.

Cyrille Lambot (+1968). Grand spécialiste de Saint-Augustin, dont il a, entre autres, entrepris une édition critique des sermons.

Hilaire Duesberg (+1969). Auteur de nombreux ouvrages autour de la Bible, il était membre de l’Académie Royale de Langue et de Littérature française.   

Georges Passelecq (+1999) décédé à un mois de son 90e anniversaire, il fut une grande figure du dialogue judéo-chrétien. Il fut également le traducteur de la première Bible en français – la Bible « de Maredsous ».

 Fils d’un grand avocat bruxellois, entré à l’abbaye de Maredsous en 1925, il se distingua durant la seconde guerre mondiale au sein des services secrets du colonel Daumerie.

Prisonnier de guerre en 1940, évadé la même année, arrêté et relâché en 1941, il fut repris en octobre 1941 par les Nazis qui le condamnèrent à quatre ans de prison. Il fut déporté au camp de Dachau où il fut libéré par les Alliés le 29 avril 1945, après quoi il repris de suite ses activités en temps que capitaine du Service de renseignements de l’armée. Cette position lui permit de retrouver les cloches de l’abbaye dans la ville de Hambourg. A son retour en Belgique, il fut encore aumônier général de la Croix-Rouge de Belgique jusqu’en 1974.

Autodidacte, outre la traduction de la Bible en 1950, il participa avec Ferdinand Poswick à sa publication sur support informatique en 1974.

                                                                                                                                  (à suivre...)

09:28 Écrit par Bob dans Abbayes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : maredsous, molignee, villages esm |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.