04/08/2007

Le parcours de la ligne vicinale Warnant - Lesves

    Du terminus, situé face à la gare de Warnant, le vicinal empruntait une portion de voie en forme de « S » inversé au cours du premier kilomètre afin de compenser une dénivellation de 30 mètres.

    Au cours des dix premiers kilomètres, le tram gravissait donc les courbes de niveau en passant par le village de Warnant, la carrière de Spaugnes, le Promontoire, puis la voie  décrivait une courbe en épingle à cheveux avant de longer le ravin à hauteur de Salet. En cet endroit, l’assiette du vicinal, à flanc de coteaux avait dû être taillée à l’explosif dans le roc. Sept cent mètres plus loin, la voie débouchait du bois près des carrières des « Blancs Cayaux ». Le tram poursuivait encore son ascension, à travers la campagne au sud de Bioul, pour atteindre ensuite la gare de Dry-le-Mont.

    A ce moment, la pente s’inverse et, après avoir décrit une large boucle, le tram arrivait à la gare de Bioul-Centre en faisant fi des plissements de terrain, tantôt s’enfonçant dans une tranchée, tantôt empruntant un talus.

    A la sortie du village, le vicinal traversait le ruisseau, « le Bioul » au lieu-dit "Pairoir". Près d’un kilomètre après avoir laissé derrière lui l’arrêt de "Bioul-Rouchat", le tram enjambait la rivière "Burno", puis en suivait le cours jusqu’à la station de pompage de Bioul, où il changeait de berge. Entre-temps, on était passé devant la gare de "Neffe-Duve".

    La voie se dirigeait alors vers la ferme de Romiée et longeait les carrières d’Arbre. Après avoir retraversé une dernière fois le Burnot, elle quittait la vallée pour remonter ensuite jusqu’à son point de rencontre avec la ligne vicinale reliant St-Gérard à Namur.

Lesves gare SNCV    Une pente raide amenait les voyageurs à travers le bois ; le tram passait ensuite sous la voirie et empruntait une tranchée qui l’amenait à la gare d’Arbre. Puis, pour réduire la pente, à trois kilomètres de l’arrivée à Lesves, la voie décrivait une large courbe avant de suivre le "Fond de Vau de Marlagne". A partir de ce moment le parcours devenait plat et en ligne droite pour couvrir le dernier kilomètre jusqu’à la jonction avec l’autre ligne.

                                                                                                                                          (à suivre...)

Les commentaires sont fermés.