02/08/2007

La famille des du Jacquier de Rosée

    La famille des du Jacquier de Rosée occupait des postes de maîtres de forges depuis plusieurs générations dans l'Entre-Sambre-et-Meuse. Un de leurs ancêtres, Collart Jacquis ou Jacquier prit en 1516 en "arrentement" du seigneur de Trélon, Louis de Blois, un fief à Eppe-Sauvage. {1} Ce fief comprenait notamment une grosse forge avec un marteau et des affineries.

Antoine L Jacquier de Rosée    En 1651, Laurent Jacquier, un de ses descendants, épousait Catherine Godart, la fille de Maurice Godart, maître de forges à Anthée et vint s'établir auprès de sa belle-famille. Il y exerça la profession de maître de forges. En 1674, il acheta la forge de l'Agnelée, ainsi que la terre de Rosée, en 1688. En 1705, il fut anobli par Philippe V et son fils Jacques Gabriel fut créé baron en 1726.

    Le petit-fils de ce dernier, Antoine-Laurent fit atteindre des sommets à  l'entreprise familiale. Il s'apercevait que les minières de fer dans l'Entre-Sambre-et-Meuse commençaient à s'épuiser et pensa à reconvertir son entreprise dans l'industrie du cuivre.  

    En 1787, il reçut de Joseph II l'autorisation de construire au village d'Anthée une batterie et une fonderie de cuivre. Il reçut en outre l'exemption des droits d'entrée sur le cuivre brut et les autres matériaux nécessaires au traitement du cuivre.

    Parallèlement à ses activités industrielles, Antoine-Laurent menait une carrière politique et était Député au corps législatif. Marié deux fois, il eut dix enfants.

    C'est son neuvième fils, Alphonse, né à Anthée en 1801, qui racheta Moulins en 1826 en vue d'y  fonder un laminoir à cuivre.


{1}  Eppe-Sauvage est située à la frontière franco-belge, au Sud de Beaumont

                                                                                                                                          FIN

Les commentaires sont fermés.