01/08/2007

La reconversion industrielle à Moulins

    Alors que l'exploitation industrielle des forges battaient toujours son plein, Joseph II supprima l'abbaye le 25 mars 1787. Suite à la Révolution Française, la propriété devint bien national en 1794 et fut mise en vente publique en 1797.

Moulins lam à Cu 1890    C'est un Français, habitant de Remagne, du nom de Jean-Louis-Jacques Rousseau qui en devint propriétaire. L'abbaye fut transformée en château et le moulin et la ferme furent mis en location. Sa fille, seule héritière du domaine vendit les biens, en 1826, au baron Alphonse du Jacquier de Rosée qui y installa un laminoir à cuivre. La famille de Rosée exploitera le domaine de Moulins, et surtout les usines à cuivre, durant plus de 150 ans. 

Alphonse M E Jacquier de Rosée    Le laminoir à cuivre ne vit le jour qu'en 1837. En 1847, il installa sur le site une tréfilerie de cuivre, une batterie et une chaudronnerie. Très réputés pour le fini de ses produits, Alfonse reçut une médaille d'or en 1841 à l'occasion de l'Exposition de Bruxelles. Encore honoré du titre de baron en 1852, Alphonse de Jacquier de Rosée mourut en 1854 des suites d'un accident de chasse.

    De son mariage avec la baronne Joséphine de Goër de Herve de Forêt, il avait eu sept enfants, dont Clément de Rosée qui prit la succession de son père au laminoir à cuivre de Moulins.

 

Jacquier de Rosée    Né à Warnant en 1835, le baron Clément du Jacquier de Rosée installa en 1883 un laminoir construit aux Usines Métallurgiques du Hainaut (U.M.H.), entraîné par une machine à vapeur de type pilon. Il orienta ses activités dans le créneau de la transformation du cuivre et du laiton en tôles, profilés et fils. La grande spécialité du laminoir était la fourniture de tôles de cuivre pour la confection des chaudières de locomotives à vapeur du chemin de fer.

    Il se consacra parallèlement à l'art campanaire, la chaudronnerie, le tréfilage, la câblerie et l'étirage. L'usine traitait directement avec les grossistes, en Belgique comme à l'étranger.

    Clément de Rosée se lança également dans la politique. Il fut bourgmestre de Warnant et conseiller provincial de Namur. En 1865, il avait épousé à Theux Joséphine de Grand Ry, dont il eut huit enfants. C'est son septième enfant, Frédéric qui lui succéda à la tête de l'usine en 1905.

Frédéric de Rosée    Le baron Frédéric du Jacquier de Rosée était né à Warnant en 1879 et fut, à son tour, bourgmestre du village de Warnant et créé baron en 1953. Il poursuivit la modernisation de l'entreprise en faisant construire une nouvelle usine et y fit installer un gros train de laminoir, une nouvelle tréfilerie et un laminoir à chaud placé dans un hall moderne de 1000 m².

    Il avait épousé, en 1905, à Leignon Agnès Eggermont, qui mourut en 1984 à l'âge de 104 ans. De leur mariage naquirent quatre enfants: trois filles et un fils, Emmanuel, né à Leignon en 1905. C'est ce dernier qui prit la direction des usines de Moulins, à la mort de son père , en 1958.

    Le baron Emmanuel du Jacquier de Rosée dota le laminoir, en 1959, d'une nouvelle installation thermique et créa en 1966 une division extrusion en implantant une presse de 1700 tonnes, ce qui améliora considérablement la compétitivité de l'entreprise. Il faut savoir que, dans les années soixante, la production des usines de Moulins en profilés de cuivre rouge, étirés, extrudés représentait la moitié de la production belge. Les principaux clients de l'usine s'appelaient ACEC, Jeumont-Schneider et Brouwn Boveri (pour la Suède et la Norvège.

Moulins ouvriers devant l'usine    Il présidera encore, en 1971, à la constitution de la S.A. de Rosée & Cie. Le personnel ouvrier et employé de l'usine de Moulins totalisait 150 personnes.

    La S.A. de Rosée connut la faillite en 1978, mais fut reprise l'année suivante par une société de Marcinelle: la Trimex. Seulement 30 emplois furent sauvés sur les 150 que comptait la société faillie. Cinq ans plus tard, la Trimex jetait le gant et s'en fut terminé des laminoirs de Moulins.

                                                                                                                                           (à suivre...)

08:00 Écrit par Bob dans Abbayes | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : moulins, molignee, villages esm, warnant |  Facebook |

Commentaires

Auriez-vous cette image en grande résolution http://static.skynetblogs.be/media/85130/dyn001_original_629_392_pjpeg_2591215_5868c362f8977b94641f4825d9ea8ede.jpg (+source)
Auriez-vous aussi la gravure et la roue en grande résolution?
C'est pour réaliser un panneau didactique sur l'histoire du site
J'en besoin pour ce mardi 16 décembre.
Je vous remercie

Nicolas De Beurme
Administration communale d'Anhée

Écrit par : Nicolas de Beurme | 15/12/2014

Les commentaires sont fermés.