16/07/2007

 Charleroi - Vireux, en voiture... (1e partie)

999 Charleroi sud ext gare color    Confortablement installé dans un compartiment de seconde classe, à bord d’une voiture en bois, les voyageurs attendent fébrilement le départ imminent du convoi. Les dernières portières claquent derrière les derniers voyageurs attardés, sous l’œil attentif du chef de train. Celui-ci jette un dernier coup d’œil circulaire pour vérifier que tout est en ordre et le voila qui module son long coup de sifflet strident.

    A bord de la locomotive, chauffeur et machiniste sont prêts. Ils n’attendaient que ce signal pour libérer la machine maintenue à bonne pression. Le conducteur répond d’un petit coup de sifflet et tire à lui le modérateur.

    Lentement, la machine se met en branle entraînant derrière elle les quelques voitures qui y sont attelées. Chaque course de piston est ponctuée par un jet de vapeur qui sort des purgeurs. Après quelques tours de roues, le chauffeur fait cesser ces sifflements et son chef repousse le modérateur. C’est à vitesse réduite que le convoi franchit les aiguillages du grill de sortie de la gare et se dirige vers la ligne 132.

    A gauche, on laisse les Ateliers de Constructions Electriques de Charleroi (nouvelles usines) et, à droite, les hauts fourneaux de Thy-le-Château – Marcinelle, tout en longeant la ligne vers Bruxelles.

999 Mont sur Marchienne l'église    Trois kilomètres plus loin, on atteint La Sambre, hameau de Mont-sur-Marchienne. A droite, on passe non loin des ateliers de construction La Métallurgique, puis de la bifurcation vers Erquelinnes.

    Encore un kilomètre et, sous le coteau de Mont-sur-Marchienne, la voie enfile la jolie vallée de l’Eau d’Heure qui, jaunie par le lavage de minerais, se jette entre les collines revêtues de taillis, alternant avec des prairies et des vergers.

    A gauche, sur la hauteur, on aperçoit l’église de Mont-sur-Marchienne, édifice semi-classique de 1773 renfermant un sarcophage de style Renaissance et plusieurs œuvres d’art.

999 Montignies le tilleul vue de la gare de PT à Nole 2    A deux kilomètres de là, au débouché de la tranchée surgit Montignies-le-Tilleul, gentille localité qui s’étale à droite dans la vallée. L’église de 1790, nouvellement restaurée possède des fonts baptismaux du XIIe siècle. A gauche et à droite de la voie, on rencontre des moulins servant à broyer les pierres calcaires nécessaires à la fabrication du verre. Le clocheton qui apparaît à droite, assez loin au-dessus de la cime des arbres appartient au château des Argentines ; à gauche, sur la colline, le château d’Airemont.

    Encore deux kilomètres et voici Bomerée ; à droite, en face de la gare, sur la rive de l’Eau d’Heure qui l’entoure, un ancien château féodal se dresse à la croisée de la route de Charleroi et Marcinelle à Beaumont. Cette route s’élève à droite et décrit un M gigantesque avant d’atteindre Gozée.

999 jamioulx int gare TTB    La ligne franchit deux fois la rivière, laisse, à gauche, une fabrique de poteries d’art, à droite, le vieux moulin de Jamioulx.

    Jamioulx est un charmant petit village aux promenades nombreuses, dominé par son église à gauche. La jolie vallée, encadrée de gentils coteaux boisés, y acquiert toute sa beauté.

                                                                                                                                        (à suivre...)

Les commentaires sont fermés.