02/07/2007

Les Dames de Crèvecoeur

soldats    En 1554, envahissant les Pays-Bas, les troupes du roi de France Henri II sommèrent Bouvignes d’ouvrir ses portes.

    Devant le refus des habitants, l’artillerie française bombarda les fortifications avant que ne soit donné un assaut qui emporta la ville et entraîna un véritable carnage. La grosse tour de crèvecoeur fit aussi l’objet d’une attaque. Parmi les défenseurs, se trouvaient trois des meilleurs chevaliers du pays. Leurs épouses, jeunes et belles, les secondaient, soignaient les blessés et combattants avec intrépidité.

    Leur romantique histoire nous est rapportée dans une ballade  chantée par un aveugle au XIXème siècle :

  • Approchez, chrétiens fidèles,

  • Pour entendre réciter

  • Comme en ce château croulé,

  • Trois dames jeunes et belles

  • Du haut des tours ont sauté.

  • Requiscant in pace.

  • C’était au temps de la guerre,

  • L’ennemi plein de fureur

  • Vint assiéger Crèvecoeur

  • Et depuis semaine entière

  • Battait brèche avec ardeur

  • Et tuait les défenseurs.

  • Or voici que des trois dames,

  • Les preux et nobles époux

  • Sont tombés sous de bons coups ;

  • La garnison rendait l’âme

  • Il n’y avait plus sur pied

  • Que dix archers, voilà tout.

  • Pour ne pas tomber vivantes,

  • Aux mains des durs assiégeants,

  • Les trois dames bravement

  • S’en vont sur la tour branlante,

  • Monter en blancs vêtements

  • Et par la main se tenant,

  • Elles font une prière

  • En levant les yeux au ciel et puis,

  • D’un saut merveilleux

  • Tombent dans l’air du Bon Dieu

  • Sur les piques et les pieux.

  • Depuis ce trépas si digne

  • Qui nous crève à tous le cœur,

  • On appela Crèvecoeur

  • Le vieux château de Bouvignes.

  • Qu’il plaise au divin Seigneur

  • Prendre leur âme en douceur !

  • Pour ne pas tomber vivantes.

                                                                                                                                         Extrait de "Wallonies terre de légendes"                                        

08:01 Écrit par Bob dans Légendes | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : bouvignes, villages esm |  Facebook |

Commentaires

rectification la légende des dames de Crèvecoeur ne peut se rattacher qu'au siège de 1430 comme je l'ai expliqué dans "Les trois Dames de Crèvecoeur" paru dans Namurcum, n°2, 1968 p. 37 à 53

Écrit par : Minet Benoît | 10/03/2008

Les commentaires sont fermés.