30/06/2007

Le règlement du conflit entre Dinant et Bouvignes

Bouvignes église int NB    Il faut bien reconnaître qu’au moyen-âge, les différents territoriaux et autres ont surgi à plusieurs reprises entre le comté de Namur et la principauté de Liège., provoquant des guerres entre les habitants des deux entités territoriales et la rivalité bien connue des marchands batteurs de cuivre de Dinant, "Bonne ville liégeoise" et de Bouvignes, sous l'autorité du comte de Namur, fut, dans certains cas, la cause ou le prétexte de nombreuses hostilités.

    Il semble bien que, peu après l'avènement du prince-évêque Jean de Heynsbergh en 1419, des actes de violence aient été commis par les Namurois sur les terres liégeoises. La situation s'aggravant, le comte de Namur, mis en mauvaise posture par l'attitude de ses sujets et désireux d'éviter l'envahissement de son comté, préféra composer avec son voisin et régler le conflit par voie d'arbitrage.

Bouvignes église Statuaire NB    Il fut décidé, le 24 juillet 1420, que ce serait l'évêque, assisté des villes de Liège et Huy qui rendraient sentence sur tous les points litigieux. Le 31 décembre 1420, l'évêque et ses deux "Bonnes villes" condamnèrent Jean III à payer la somme de 21.000 florins d'or. 

    Or sur ces entrefaites, Jean III, dont la situation financière était très difficile, avait réuni les états de son comté afin d'obtenir leur aide, mais en vain. A bout de ressources, et sans héritier, il en avait été réduit à vendre son comté au duc de Bourgogne, Philippe le Bon, pour la somme de 132.000 couronnes, sous réserve d'usufruit viager (14 décembre 1420). Il put donc payer son amende à l'évêque et en obtint quittance le 25 janvier 1422.

    Le pardon lui fut accordé le 20 mai 1422, ainsi qu'à ses sujets. Comme convenu dans le pacte conclu avec Philippe le Bon, Jean II, comte de Namur conserva l'usufruit de son comté jusqu'à sa mort qui survint le 1er mars 1429.

                                                                                                                                     Fin.

Les commentaires sont fermés.