31/05/2007

 Le train royal de Léopold III & de Baudouin 1er

2 Tr Roy commode loupe L II    Le Conseil d'administration de la Société avait estimé, en sa séance du 11/12/1937 que le Roi ne devait plus voyager dans l'ancien matériel démodé. A cette époque, le train utilisé par la famille royale lors de ses déplacements était composé de 7 voitures à bogies et de 3 fourgons à caisse de bois datant d'avant la Première Guerre mondiale. Il fut utilisé pour la dernière fois les 21 et 24/11/1938, lors du voyage officiel du Roi Léopold III à la Cour des Pays-Bas.

2 Tr Roy ptte s a  m niche cuir L II    La première photographie nous montre le panneau principal du grand salon d'honneur auquel est accrochée une tapisserie  et, accolée à la paroi, une commode en loupe d'acajou. La photo qui suit, a été prise dans la petite salle à manger. On peut voir une des deux niches tapissée de cuir doré dans laquelle est logée une lampe à pied de cristal, l'autre peut recevoir une magnifique composition florale, comme on peut le voir sur  la page consacrée à la voiture-restaurant.

    Le train royal utilisé par les rois Léopold III et Baudouin Ier a été construit à l'atelier central des chemins de fer à Malines en 1938/1939, avec la collaboration de plusieurs firmes privées qui ont oeuvré à la décoration du train. Il fut mis en service à l'occasion de la visite officielle de la Reine Wilhemine des Pays-Bas à Bruxelles le 23 mai 1939 et de la Joyeuse Entrée du Roi à Liège le 28 mai 1939, ainsi qu'à Mons le 4 juin suivant. L'imminence de la guerre mettra provisoirement fin à cette série de visites royales et notamment à celle prévue à Paris pour le printemps de l'année 1940. Il comprenait trois voitures métalliques: une voiture-salon, une voiture-salle à manger et la voiture-lits.

    Durant les années sombres de la seconde guerre mondiale, le train royal se composait:

  • de la voiture salon n°1;
  • de la voiture-salle à manger n°2;
  • de la voiture-lits n°3;
  • de la voiture RIC transformée n°4, appelée communément voiture des princes;
  • de la voiture RIC n°7, réservée aux fonctionnaires de la SNCB;
  • des fourgons n°8 et 9 destinés à encadrer le train;
  • de deux voitures métalliques supplémentaires qui furent ajoutées au train de voitures royales, qui furent transformées par les Allemands en voitures-lits et mises au service de leur état-major .

    Après la guerre, ce train fut retrouvé intact et réutilisé, pour la première fois, le 9 octobre 1945, à l'occasion de la visite du Général de Gaulle en Belgique.

Tr Roy inaug jonction N M    Ce tain a été utilisé jusqu'en 1976, pour plusieurs déplacements de nos souverains ou de membres de familles royales étrangères se rendant en visite en Belgique. Sa Majesté le Roi Baudouin Ier l'a entre autres utilisé pour procéder à l'inauguration officielle de la Jonction Nord-Midi à Bruxelles, le 4 octobre 1952.

    Des souverains étrangers ont également voyagé à bord de ce train comme, par exemple, l'empereur du Japon en 1971 et la reine du Danemark en 1976.

Tr Roy entrée 18    Par la suite, nos souverains ont encore effectué des déplacements en train, mais en utilisant le matériel classique existant de la SNCB. Citons ainsi le déplacement du Roi Albert II et de la Reine Paola en Eurostar, entre Bruxelles et Londres via le tunnel sous la Manche, le 13 octobre 1994, en prélude à l'ouverture du service direct entre ces deux villes. Le Roi Albert II et la Reine Paola ont aussi inauguré la liaison à grande vitesse Bruxelles - Paris, en effectuant un aller-retour entre ces deux villes dans une rame Thalys, le 10 décembre 1997.

    Dans sa version de base, le train royal de Léopold III et Baudouin Ier était donc composé de trois véhicules: une voiture-salon, une voiture-salle à manger et une voiture-lits. Divers autres véhicules pouvaient en outre entrer dans la composition du train, en fonction des besoins.

    Les véhicules revêtent une livrée uniforme verte, similaire à celle qui était utilisée à l'époque pour le parc des voitures métalliques à voyageurs de la SNCB.

                                                                                                                                         (à suivre...)

Les commentaires sont fermés.