01/05/2007

"Les murmures de la girouette."

    "Nous sommes ici effectivement dans la province de Namur (il y en a neuf en Belgique, correspondant chacune en surface aux trois quart d'un département français) mais tout au bord, car Nalinnes, une lieue au nord, appartient au Hainaut (capitale: Mons - on ne dit pas chef-lieu), comme au-delà de Berzée, à l'ouest, Ham-sur-Heure, ces deux localités arrosées par une rivière venant de Walcourt qu'on avait entendu dire être l'Odeur. Nous avons souri en vérifiant l'orthographe de l'Eau d'Heure.

Thy quartier de la gare    Le siège de l'arrondissement était Philipeville, bourg moyen placé au croisement de cinq à six routes assez pratiques autrefois pour son marché. Mais les Allemands ont préféré déplacer le centre de leur administration jusqu'à Givet, ville française, où ils ont installé le Keischef - un mot nouveau pour nous. En effet, ils ont sectionné cette langue de terre qui nous servait de repère à l'école pour dessiner la carte de France et l'ont rattachée à la Belgique. Nous venons d'ailleurs de nous rendre compte que ce petit bout représente tout de même quinze mille hectares.

    Les uns disent que c'est pour faire plaisir aux Belges à cause de la forteresse de Charlermont bâtie à cet endroit par Charles-Quint contre les Français, mais il est probable que c'est plutôt pour des questions de commodité de chemin de fer et de simplification du service de garde. En effet, nous nous en sommes déjà aperçus: il y a une telle différence de traitement entre la France occupée qu'ils appellent la zone d'étapes et la Belgique, qu'à leur limite il doit y avoir un formidable barrage. Il paraîtrait d'ailleurs que du côté de Maubeuge, une rectification existerait aussi mais en sens inverse, ce qui fait que les villages belges seraient devenus français.

    Ce détail nous a éclairé sur les bruits qui ont couru ces jours-ci au sujet des gens qui ont quitté Lens dans les quatre jours avant nous. On a su assez vite par quelques-uns d'entre eux venus aux nouvelles de Cerfontaine à Walcourt, qu'il y a des personnes de la Bataille et de la route d'Arras à Couvin et à Nismes (avec un s). Des femmes ont précisé que dans ce pays boisé un employé des Grands Bureaux est retombé à merveille chez un vieux fournisseur de rondins des mines de Lens et que les réfugiés ne sont pas trop malheureux pour le chauffage dans ce coin-là.

    Elles avaient entendu dire que certains étaient retournés en France. Nous comprenons maintenant cette histoire en ayant sous les yeux le nom de Vireux-Molhain qui est un pays français situé à 10 kilomètres de Givet. Encore un faux bruit comme nous en avons entendu beaucoup, et où il y a tout de même du vrai.

Thy ancienne gare    ... Mais des parents et amis qui sont restés à Lens, on ne sait toujours rien. Et ce matin, une fois de plus, en allant au centre, je me suis arrêté devant le chalet de l'échevin, M. Labruyère (celui qui possède en haut de Jette-Faux la sablière où on a trouvé de si beaux pissenlits), pour contempler quelques instants la girouette qu en surmonte le toit pointu. Les quatre points cardinaux y sont marqués et si tout le monde sait ainsi d'où vient le vent, pour nous, en plus, le Nord, c'est la Hollande."

                                                                                                                                 (à suivre...)

Les commentaires sont fermés.